La Revue de Géographie du Laboratoire Leïdi « Dynamiques des territoires et développement » (DTD) est fondée en 2000. Elle est éditée par l’Unité de Formation et de Recherche (UFR) de Lettres et Sciences Humaines (LSH) de l’Université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis. La RGLL est un espace de diffusion de travaux originaux de géographie qui relèvent du domaine des « Sciences de l’homme et de la société ». Elle publie des articles originaux, rédigés en français, non publiés auparavant et non soumis pour publication dans une autre revue. Les normes qui suivent sont conformes à celles adoptées par le Comité Technique Spécialisé (CTS) de Lettres et sciences humaines/CAMES (cf. dispositions de la 38e session des consultations des CCI, tenue à Bamako du 11 au 20 juillet 2016). Les contributeurs doivent s’y conformer.

******

Les manuscrits

Un projet de texte soumis à évaluation, doit comporter un titre (Times New Romans, taille 12, Lettres capitales, Gras), la signature (Prénom(s) et NOM (s) de l’auteur ou des auteurs, l’institution d’attache), l’adresse électronique de (des) auteur(s), le résumé en français (250 mots), les mots-clés (keywords) au nombre de 5, le résumé en anglais (abstract). Le résumé synthétise la problématique, la méthodologie et les principaux résultats.

Le manuscrit doit respecter la structuration habituelle du texte scientifique : Introduction (Problématique ; Hypothèse compris) ; Approche (Méthodologie) ; Résultats ; Analyse des Résultats ; Discussion ; Conclusion ; Références bibliographiques (s’il s’agit d’une recherche expérimentale ou empirique).

Les notes infrapaginales, numérotées en chiffres arabes, sont rédigées en taille 10 (Times New Roman). Réduire au maximum le nombre de notes infrapaginales. Ecrire les noms scientifiques et les mots empruntés à d’autres langues que celle de l’article en italique (Adansonia digitata).

Le volume du projet d’article (texte à rédiger dans le logiciel Word, Times New Romans, taille 12, interligne 1.5) doit être de 30 000 à 40 000 caractères (espaces compris).

Les titres des sections du texte doivent être numérotés de la façon suivante :

Premier niveau, premier titre (Times 12 gras)

Deuxième niveau (Times 12 gras italique)

1.2.1. Troisième niveau (Times 12 italique sans le gras)

*****

Les illustrations

Les tableaux, les cartes, les figures, les graphiques, les schémas et les photos doivent être numérotés (numérotation continue) en chiffres arabes selon l’ordre de leur apparition dans le texte. Ils doivent comporter un titre concis, placé au-dessus de l’élément d’illustration (centré). La source (centrée) est indiquée au-dessous de l’élément d’illustration (Taille 10). Ces éléments d’illustration doivent être : i. annoncés, ii. Insérés, iii. Commentés dans le corps du texte.

La présentation des illustrations : figures, cartes, graphiques, etc. doit respecter le miroir de la revue. Ces documents doivent porter la mention de la source, de l’année et de l’échelle (pour les cartes).

*****

Notes et références

Les passages cités sont présentés entre guillemets. Lorsque la phrase citant et la citation dépasse trois lignes, il faut aller à la ligne, pour présenter la citation (interligne 1) en retrait, en diminuant la taille de police d’un point.

Les références de citation sont intégrées au texte citant, selon les cas, ainsi qu’il suit :

Initiale (s) du Prénom ou des Prénoms et Nom de l’auteur, année de publication, pages citées (B. A. SY. 2008, p. 18) ;

Initiale (s) du Prénom ou des Prénoms et Nom de l’Auteur (année de publication, pages citées).

Exemples : En effet, le but poursuivi par M. ASCHER (1998, p. 223), est « d’élargir l’histoire des mathématiques de telle sorte qu’elle acquière une perspective multiculturelle et globale (…) »

Pour dire plus amplement ce qu’est cette capacité de la société civile, qui dans son déploiement effectif, atteste qu’elle peut porter le développement et l’histoire, S. B. DIAGNE (1991, p. 2) écrit :

Qu’on ne s’y trompe pas : de toute manière, les populations ont toujours su opposer à la philosophie de l’encadrement et à son volontarisme leurs propres stratégies de contournements. Celles-là, par exemple, sont lisibles dans le dynamisme, ou à tout le moins, dans la créativité dont sait preuve ce que l’on désigne sous le nom de secteur informel et à qui il faudra donner l’appellation positive d’économie populaire.

Le philosophe ivoirien a raison, dans une certaine mesure, de lire, dans ce choc déstabilisateur, le processus du sous- développement. Ainsi qu’il le dit : Le processus du sous-développement résultant de ce choc est vécu concrètement par les populations concernées comme une crise globale : crise socio-économique (exploitation brutale, chômage permanent, exode accéléré et douloureux), mais aussi crise socioculturelle et de civilisation traduisant une impréparation socio-historique et une inadaptation des cultures et des comportements humains aux formes de vie imposées par les technologies étrangères. (S. DIAKITÉ, 1985, p. 105).

Les sources historiques, les références d’informations orales et les notes explicatives sont numérotées en continue et présentées en bas de page.

Les divers éléments d’une référence bibliographique sont présentés comme suit :

Nom et Prénom (s) de l’auteur, Année de publication, Titre, Lieu de publication, Editeur, Pages (p.) pour les articles et les chapitres d’ouvrage.

« Le titre d’un article est présenté entre guillemets », celui d’un ouvrage, d’un mémoire ou d’une thèse, d’un rapport, d’une revue ou d’un journal est présenté en italique. Dans la zone Editeur, on indique la Maison d’édition (pour un ouvrage), le Nom et le numéro/volume de la revue (pour un article). Au cas où un ouvrage est une traduction et/ou une réédition, il faut préciser après le titre le nom du traducteur et/ou l’édition (ex : 2nde éd.).

Les références bibliographiques sont présentées par ordre alphabétique des noms d’auteur. Exemples : Ne pas numéroter les références.

  • ALBARELLO L., (2007), Apprendre à chercher : l’acteur social et la recherche scientifique, De Boeck, 3ème éd, 201 p
  • ALISSOUTIN R. L., (2008, Les défis du développement local au Sénégal, CODESRIA, Dakar 189 p
  • ALOKO-N’GUESSAN J., DIALLO AMOTCHO H. K, (2010), Villes et organisation de l’espace en Afrique, Paris, Karthala, 221 p
  • ALVERGNE C., (2008), Le défi des territoires : comment dépasser les disparités spatiales en Afrique de l’Ouest et du centre, Paris, Karthala-PDM, 259 p
  • ANTHENAUME, B. et GIRAULT F (sous la direction)., (2005), Le territoire est mort- vive les territoires IRD, Paris, 384 p.
  • BELLINA S., MAGRO H., VILLEMEUR V., (2008), La gouvernance démocratique, un nouveau paradigme pour le développement
  • ? Karthala, Paris, 583 p
  • BOCQUER P. et TRAORÉ S., (2000), Urbanisation et dynamique migratoire en Afrique de l’Ouest. La croissance urbaine en panne,
  • Harmattan villes et entreprises, Paris, 148 p.
  • DIAKHATÉ M. M., (2011), L’Aménagement du territoire au Sénégal : Principes, pratiques et devoirs pour le XXIe siècle, NEA, Paris, 230 p.
  • IGUÉ J., (1983), « L’officiel, le parallèle et le clandestin : commerce et intégration en Afrique de l’Ouest », in politique Africaine, n° 9, Karthala, p 29-51.
  • KASSI I., (2010), « Espaces publics : enjeux sociaux d’appropriation de l’espace urbain à Abidjan », in Villes et organisation de l’espace en Afrique p 135-147
  • PIERMAY J. et SARR C., (2007), La ville Sénégalaise une invention aux frontières du monde, Paris, Karthala, 243 p
  • SECK A., (1965), « Les escales du fleuve Sénégal, in Revue de géographie de l’Afrique Occidentale », N° 1-2, p 71-118.
  • WADE C. S., (2014), Croissance urbaine, dynamique territoriale et gouvernance de la ville de Saint-Louis et de sa périphérie, la commune de Gandon, Doctorat d’Etat de géographie, Université Gaston Berger de Saint-Louis, 448 p.

*****

Nota bene

Le non-respect des normes éditoriales entraîne le rejet d’un projet d’article.

Tous les prénoms des auteurs doivent être entièrement écrits dans la bibliographie.

Pour la pagination des articles et chapitres d’ouvrage, écrire p. 2-45.

En cas de co-publication, citer tous les co-auteurs.

Eviter de faire des retraits au moment de débuter les paragraphes, observer plutôt un espace.

Pour les travaux en ligne ajouter l’adresse électronique (URL).

Plan : Introduction (Problématique, Hypothèse), Méthodologie (Approche), Résultats, Analyse des résultats, Discussion, Conclusion, Références Bibliographiques

Résumé : dans le résumé, l’auteur fera apparaître le contexte, l’objectif, faire une esquisse de la méthode et des résultats obtenus. Traduire le résumé en Anglais (y compris le titre de l’article)

Introduction : doit comporter un bon croquis de localisation du secteur de l’étude, etc.

Outils et méthodes : (Méthodologie), l’auteur expose uniquement ce qui est outils et méthodes.

Résultats : l’auteur expose ses résultats, qui sont issus de la méthodologie annoncée dans Outils et méthodes (pas les résultats d’autres chercheurs). L’Analyse des résultats traduit l’explication de la relation entre les différentes variables objet de l’article ; le point « R » présente le résultat issu de l’élaboration (traitement) de l’information sur les variables.

Discussion : la discussion est placée avant la conclusion ; la conclusion devra alors être courte. Dans cette discussion, confronter les résultats de votre étude avec ceux des travaux antérieurs, pour dégager différences et similitudes, dans le sens d’une validation scientifique de vos résultats. La discussion est le lieu où le contributeur dit ce qu’il pense des résultats obtenus, il discute les résultats ; c’est une partie importante qui peut occuper jusqu’à plus deux pages. Les auteurs sont entièrement responsables du contenu de leurs contributions.

*****

Conditions de publication

La Revue de Géographie du Laboratoire Leïdi reçoit en continu les contributions et paraît deux fois dans l’année : juillet et décembre. Les textes reçus sont soumis en double instruction e aveugle. Dans certains cas le recours à une troisième évaluation est indispensable et nécessaire avant acceptation. L’ordre de publication dépend du dépôt du texte, du retour de l’instruction, de la prise en charge des corrections et du respect de le ligne éditoriale de la revue et de son acceptation par les réviseurs.

Frais d’instruction et de publication

Des frais d’instruction et de publication de 30.000 F.CFA (45Euros) non remboursables sont fixés pour tout projet d’article.